La SPLAAD organise sa nouvelle vie

Nouveaux locaux, nouvelle directrice générale et financière. La SEMAAD ayant officiellement rejoint le secteur privé avant l’automne, la SPLAAD organise sa nouvelle vie. En toute quiétude.

Aménagement de quartiers d’habitat (éco-cité des Maraîchers, éco-quartier de l’Arsenal, opérations à Corcelles-lès-Monts, Plombières-lès-Dijon, Sennecey-lès-Dijon…), de parcs d’activités économiques (éco-parc Dijon Bourgogne, Valmy, Beauregard, Agronov…), aménagement dans le cadre de renouvellement urbain (parking Monge, quai des Carrières Blanches, centre commercial de la Fontaine d’Ouche, Chenôve, Quetigny…), travaux dans sept lycées confiés par le conseil régional… le carnet de commandes de la SPLAAD (Société publique locale d’aménagement de l’agglomération dijonnaise) est fort bien rempli tout comme l’agenda de sa nouvelle directrice générale, Marion Joyeux, qui a pris son poste le 13 septembre dernier. « La séparation avec la SEMAAD étant officiellement actée, nous sommes dans une phase de transition qui ne générera pas de problèmes car les deux structures travaillaient sur des opérations différentes ».
Marion Joyeux est originaire de la région parisienne. Elle a passé six ans à Lille avant d’être nommée directrice du Crédit Municipal à Dijon. La formation comptable de cette ancienne de Sciences-Po Paris passée par le Trésor public a incontestablement pesé sur sa nomination.
La SPLAAD a quitté les locaux de la rue Marcel-Dassault pour rejoindre le 3e étage du Grand Dijon, avenue du Drapeau. Elle est désormais constituée d’une équipe de 13 personnes composée essentiellement d'opérationnels affectés sur les dossiers. Sa mission première sera d’achever la séparation de la SPLAAD et de la SEMAAD et de stabiliser financièrement et juridiquement sa structure.
« La création de la SPLAAD en 2009 est la conséquence d’une évolution nationale majeure quant aux outils d’aménagement urbain des collectivités locales », explique Pierre Pribetich, son président. « La loi du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement a créé les sociétés publiques locales d’aménagement afin de mettre à disposition des collectivités locales un nouvel outil d’intervention avec lequel elles puissent contracter librement dans le respect des règles communautaires, répondant ainsi à un besoin majeur de sécurité publique, de rapidité et d’efficacité dans la conduite des opérations d’aménagement ».
La SPLAAD est une société anonyme de droit privé dont le capital est exclusivement détenu par des collectivités territoriales (1). Elle intervient prioritairement sur le territoire des 116 communes du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de l'aire dijonnaise, parmi lesquelles les 24 communes du Grand Dijon.

J-L. P

(1) Au sein du capital de la SPLAAD, on trouve le Grand Dijon, Dijon, le conseil régional, Chenôve, Fenay, Fontaine-lès-Dijon, Marsannay-la-Côte, Quetigny, Sennecey-lès-Dijon, Talant, Longvic, Ouges, Plombières-lès-Dijon, Neuilly-lès-Dijon et Corcelles-lès-Monts.