Gilbert Menut : « A Talant, les promesses sont tenues »

Comment s’est déroulée la rentrée scolaire à Talant qui n’a pas encore appliqué la réforme des rythmes scolaires ?

Cette rentrée s'est très bien passée. L'effectif scolaire est en légère hausse. Nous avons une classe provisoire confirmée et une autre créée. La sérénité est de mise d'autant que nous faisons partie de la très grande majorité des villes et villages qui ont repoussé la réforme des rythmes scolaires avec l'accord des parents et de beaucoup d'enseignants… Et puis pendant ce temps, on fait des économies : 120 000 à 150 000 euros au lieu d'une réforme ni utile, ni préparée, seulement idéologique.

 

Une classe en plus, est-ce un signe de rajeunissement de la population ?

L’INSEE nous le confirmera. C'est en tout cas une bonne nouvelle, une étape supplémentaire vers l'équilibre démographique de la ville. C'est très encourageant.

 

Qu'est-ce qui attend les Talantais d’ici la fin de l’année ?

Je dirais : le résultat des promesses tenues à travers quatre grands chantiers dont il faut dire qu'ils ne sont pas que municipaux. D'abord, la terminaison du quartier Libération, avec son EHPAD, la crèche intercommunale, les logements adaptés et une grande salle municipale pour équiper cette partie Est de Talant qui en a besoin. Bien sûr, le programme de rénovation urbaine qui s'achève dans les délais. Cette opération a littéralement transformé le quartier et sa perception par les habitants. Aujourd'hui, avec le désengagement de l'État, ça ne serait même pas envisageable. Autre grand chantier où la ville intervient, mais marginalement, la réalisation du boulevard de Troyes par le conseil général, dans le cadre des travaux annexes de la LiNo. Je veux saluer la bonne volonté dont ont fait preuve tous les partenaires : état, région, Dijon, Grand Dijon et bien entendu conseil général, maître d'ouvrage. Quelques fois, le millefeuille a du bon ! Enfin, enfin, enfin… la LiNo elle-même. Elle ne concerne pas que Talant mais son plus bel ouvrage -le tunnel de 600 m de long est sur la commune.

 

Qu'attendez-vous de la LiNo ?

Ce sont des milliers d'habitants dont la vie sera simplifiée : vallée de l'Ouche-Toison d'Or en 5 à 10 minutes au lieu d'une demi-heure au moins à embarrasser la ville. Voilà le service que rendra la LiNo. Pour les seules rues de Talant, ce sont 15 000 à 20 000 véhicules par jour qui sont concernés, qui iront sur la LiNo ou qui bénéficieront d'une circulation urbaine allégée.

 

Serez-vous candidat à votre succession à la mairie de Talant ?

Je vous répondrais comme le fit le sénateur Barbier à Nuits-saint-Georges : “J'ai cédé à la forte pression de mes amis”. La pression est là (rires). En tout cas, nous nous préparons et si je n'y vais pas, je préparerai ma succession, comme Henri Revol me l'a appris.

 

Et les sénatoriales ?

Pour répondre à cette question, il faut avoir tranché la précédente et gagné les élections municipales. Imaginons que c'est fait : il faut alors tenir compte du changement intervenu dans le mode de scrutin. On passe à un scrutin de listes. Ça change la physionomie et la nature même de l'élection. Le sénateur Patriat l'explique avec beaucoup d'amertume de clairvoyance et de justesse dans sa lettre aux maires. Il faudra donc regarder tout cela d'encore plus près ; et puis il y aura beaucoup d'autres élections : il faut penser à toutes !

 

Comment va l'UMP ?

Vous connaissez le principe : vae victis ! Et pourtant l'UMP grâce aux militants a payé les 11 millions du Conseil Constitutionnel. C'est dur, mais il y a de la ressource car les gens sont là. C'est la force de l'UMP.

 

Et l'inventaire des années Sarkozy ?

L'acharnement de détricotage qui agite le pouvoir est la preuve même qu'il y a eu tant de choses faites. Ainsi pour les heures supplémentaires défiscalisées et refiscalisées, et qu'un député local veut redéfiscaliser. C'est vraiment du grand guignol ! Pour autant, s'il y a inventaire, il devra être honnête et souligner tout le positif de l'action de Nicolas Sarkozy : face à Poutine en Géorgie, c'était autre chose que l'actuel président derrière Obama en Syrie ! Le résultat est que, plus que jamais, la grande force en Europe c'est l'Allemagne d'Angela Merkel.

 

En conclusion...

[pullquote align="right"] "Je suis inquiet de l'état de l'opinion, je veux dire de la tristesse, du désarroi de beaucoup de nos compatriotes."[/pullquote]Je suis inquiet de l'état de l'opinion, je veux dire de la tristesse, du désarroi de beaucoup de nos compatriotes. Jamais autant de gens de tous âges n'ont quitté le pays. La France devient un pays d'émigration. On pressent le malheur, et comme la protection réelle ou espérée, n'est plus là, alors on part ! Évidemment, les pensées s'exaspèrent et comme souvent avec la gauche au pouvoir (Mitterrand qui l'avait fait exprès et Jospin qui s'est pris les pieds dans le tapis) les extrémismes montent en puissance. Les Français ne s'y retrouvent pas entre la rigueur doctrinaire de Taubira ou Peillon et l'inconsistance partagée de Hollande et Ayrault En effet, c'est triste !